Arys Duboc

Nom de peintre : Arys Archimbaud

Née le 30 Août 1940 à BEZIERS, d’un père Bordelais  et d’une mère Franco-Egyptienne, à douze ans, elle obtient un 1er prix dans un concours de peinture sur le thème de « la misère dans le monde », et passe des heures à modeler dans la cire des « Tanagras » .

Elle fait sa première année aux Beaux-Arts de Montpellier où elle suit  des cours de céramique, de dessin, et de décoration, et sa 2ème année aux Beaux-arts de RENNES, ou elle se  spécialise dans la préparation au Professorat de dessin, ainsi qu’ à l’Université de Lettres pour le Certificat d’Histoire de l’Art.  

Ces années d’études sont accompagnées de nombreux voyages en Europe.

A Pointe-à-Pitre, elle crée un atelier de décoration d’installation de vitrines dont l’Ambassade de Belgique est commanditaire, produit les dessins génériques pour le Journal Télévisé, et participe aux expositions locales de SAN JUAN, MIAMI, PORTO-RICO, dans une constante figurative.

De retour en France, dans le Loiret, elle crée une classe de dessin pour les enfants,  s’inspirant de la sémiologie de l’expression d’Arnaud STERN.  Plus tard, elle ouvre son « ATELIER DALI » où elle donne un cours d’Arts Plastiques  ayant pour spécialisation la technique traditionnelle de la peinture à l’huile. Sa pédagogie se base sur l’étude des grands peintres et grands mouvements de la peinture, assortie de conférences.

En 1997, à la demande du CNRS, elle présente une huile sur bois « Mona Futura » qui est archivée au LOUVRES dans le Département des « Recherches sur la Joconde ».  

Elle se spécialise dans le portrait et la recherche graphique sur chaux, avec des vernis et des oxydes, et a participé à des expositions notamment à Paris au Salon d’Automne et au Château de SULLY-SUR-LOIRE.

En 1997, à la demande de Jean MARGAT, Directeur de Recherches au CNRS, elle présente une œuvre sur bois « Mona Futura » qu’il fait archiver au LOUVRES dans le Département qu’il a crée sur les « Recherches Jocondiennes ».  Elle se spécialise dans le portrait et la recherche graphique sur chaux avec des vernis et des oxydes.

Elle a participé à des expositions: à Paris au Salon d’Automne en 1985 et 1986, en tant que membre de la SLAO exposant à Saint-Pierre-le Puellier à ORLEANS dés 1987, à SAINT-DENIS-DE-L’HÔTEL en 1989, à BEZIERS en 1990, au Château de SARAN en 1991, à ROSCOFF en 1992, au Château de SULLY-SUR-LOIRE en 1994, ainsi qu’à de nombreuses expositions locales.

Décor pour « KALOS »

Interprétation à l’acrylique d’Arys ARCHIMBAUD sur une toile de 4×5 mètres d’après Nature morte à la guitare de Juan GRIS (1912)
 

KALOS est né d’une valeur grecque platonicienne signifiant « Beau », recherche incessante de l’humanité.
Dostoïevski nous en a laissé une trace lorsqu’il écrit : « La beauté sauvera le monde ». Dans le dialecte des gitans d’Espagne, KALO veut dire « noir » et vient du Sanskrit. KALOS  est une recherche  d’instants de beauté pour sublimer la réalité.
Karyne ARYS

Décor pour « Le Temps du Flamenco »

Interprétation à l’acrylique d’Arys ARCHIMBAUD sur une toile de 4×3 mètres d’après la « Montre molle au moment de sa première explosion » de Salvador DALI, 1954, huile sur toile 20,5 x 25,7 cm. La première que DALI a peinte s’intitulait « Persistance de la mémoire » et datait de 1931 (24 x 33 cm).

Révélée aux Etats-Unis, elle eut un succès mondial. Dali déclina ce thème 23 ans plus tard en plusieurs tableaux où il fit exploser les montres.

« Le temps du Flamenco, un autre temps dans la course éternelle du temps, cet instant « t », qui explose et fuit à l’infini… »
Karyne ARYS

 

Décor pour « ALMA FLAMENCA « Le Passage »

Interprétation à l’acrylique d’Arys ARCHIMBAUD du Pont Chaban Delmas sur une toile de 4×5 mètres,
Bordeaux 2017

Décor de pleine-lune d’Arys Archimbaud

Acrylique 4×5 mètres pour le Tablao « Nostalgia »

Karyne
Arys

Chorégraphe

Danseuse / Soliste

Antonio
Hernandez

Guitariste Soliste